Accueil > SharePoint 2013 > Test produit : SPCAF – Utilisation de l’application cliente [2/3]

Test produit : SPCAF – Utilisation de l’application cliente [2/3]


Cet article est le second d’une série consacrée à l’outil SPCAF : SharePoint Code Analysis FrameWork (http://www.spcaf.com):

spcaf

Introduction

Dans le premier article de cette série, nous avons vu que SPCAF pouvait être utilisé depuis l’application cliente (installée ici par le biais de SPCAF Professional).

3

Celle-ci vous permet d’analyser des WSPs, des Apps ou des PDBs sans disposer du code source et d’obtenir une vue d’ensemble ainsi que des détails de son contenu (via les 4 analyseurs), des graphiques, ainsi que des rapports.

Note : N’hésitez pas à cliquer sur les différentes images pour les agrandir.

Utilisation

Je choisis d’analyser ici un wsp.

1

1. Lancez l’application cliente.

5

2. Sur la page d’accueil de l’application, 3 catégories s’offrent à vous :

  • ANALYSE : Lancer une analyse en quelques clics ou créer un projet d’analyse,
  • REVIEW : Ouvrir un projet précédemment exécuté ou consulter un exemple,
  • LEARN : Consulter les règles d’analyse (400 par défaut), organisées par thème (convention de nommage, libération de mémoire, compatibilité ascendante, …), ou accéder aux forums SPCAF, au compte Twitter et autres rubriques d’aide.

Je choisis ici « New Quick Analysis » :

7

3. Parmis les différentes options de sélection des fichiers à analyser, je choisis la première option, à savoir le chargement d’un wsp stocké en local.

8

4. « Next ».

10

5. Sélectionnez l’un des 8 ensembles de règles à lancer sur votre package.

Je choisis ici de lancer la totalité des règles disponibles (1) puis (3).

12

A noter que pouvez charger un Ruleset prédéfini (*.spruleset), éditer un existant ou en créer un nouveau (2), afin de coller précisément à ce que vous désirez contrôler.

Création d’un nouveau Ruleset (2) :

11

6. L’analyse se lance, en arrière-plan vous pouvez voir les compteurs des 2 premiers analyseurs (Rule Violations et Metrics) qui s’incrémentent au fur et à mesure que l’analyse avance.

11

7. Fin de l’analyse – 4 catégories de résultats sont affichées :

  • Rule Violations,
  • Metrics,
  • Dependencies,
  • Inventory.

14

 

Je vais aborder dans la suite le détail de ces 4 catégories  – Un détail incomplet, car l’outil est extrêmement riche en détails, en données et en graphiques, et il est bien sûr impossible de tout montrer dans cet article.

La première catégorie « Rule Violations » sera plus détaillée que les 3 autres, ceci pour vous donner un ordre d’idée de l’interface et des interactions possibles.

 Rule Violations

Vous retrouvez ici toutes les règles non respectées par votre développement.

15

En cliquant par exemple sur « All Violations », vous accédez aux groupes de règles (une petite quinzaine).

Vous pouvez alors affiner les résultats par Sévérité / Type / Règle :

15

Je chosis pour cet exemple le groupe « Best Practices » :

14

Pour laquelle l’ensemble des problèmes s’affiche.

16

En cliquant sur une des lignes on accède au détail complet de la règle non respectée : origine, méthode de résolution et extrait du code posant problème.

17

En revenant sur la page principale de l’analyse, vous pouvez également passer par le « Violation Dashboard », si vous préférez des beaux graphiques.

19

Metrics

Données disponibles :

4

Exemples de données :

19

6

Dependencies

Données disponibles :

7

Exemples de données :

B

A
Inventory

Données disponibles :

9

Exemples de données :

D

C

 

Conclusion

Cet outil est une véritable mine d’informations, quelques minutes d’analyse suffisent pour vous permettre d’analyser en profondeur tout développement SharePoint.

Le résultat au premier lancement (si vous prenez toutes les règles) peut faire peur en nombre d’erreurs/violations, mais prenez le temps de consulter ces règles, et d’écarter celles qui ne vous conviennent pas.

Et pour rappel, un SDK est disponible afin de vous permettre d’étendre les fonctionnalités de l’outil; par exemple pour vérifier que tout nom de feature commence par le nom de votre société/client :

Je ne l’ai pas précisé, mais toutes ces informations sont exportables dans des fichiers (XML, HTML, DGML, …), bref, TRY IT !

Catégories :SharePoint 2013
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. juillet 8, 2014 à 9:07

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :